Bienvenue sur Libre de lire, le blogue animé par les libraires de la Librairie La Liberté. Vous y trouverez conseils, suggestions de lecture, chroniques de livres et actualité littéraire. Bonne lecture!

Bandes dessinées

  • Je suis née dans un village communautaire de Kaya Takada

    On retrouve ce phénomène un peu partout dans le monde : des gens quittent leur vie quotidienne pour former une nouvelle communauté. Ces communautés, nous les nommons communes, écovillages, villages communautaires, éco-communauté et village associatif alternatif, et elles adoptent le même modèle : les gens se regroupent pour vivre en autarcie et s’adonnent à l’agriculture pour assurer leur subsistance, tout en essayant le plus possible de ne pas dépendre du monde extérieur pour quoi que ce soit. Pour un adulte, cette vie peut sembler idyllique; une vie où l’on s’occupe de la terre, de la communauté et de soi. Mais qu’en est-il des enfants? La mangaka Kaya Takada a vécu son enfance et son adolescence dans ce type de village au Japon. Dans le manga documentaire intitulé Je suis née dans un village communautaire, publié aux éditions Rue de l’échiquier, elle raconte son expérience et donne son point de vue.

  • cover

    Nick Cave, Mercy on me de Reinhard Kleist

    Honoré plusieurs fois pour son travail, Reinhard Kleist s’est taillé ces dernières années une place de choix sur la scène de la bande-dessinée allemande. Feuilletez son dernier album et vous constaterez de toute évidence pourquoi. Le portrait, dans la maîtrise du trait, est troublant: cheveux électriques, joues maigres, nez arqué, sourcils froncés et des lèvres molles qui traduisent l’insatisfaction, l’écoeurement. Après Johnny Cash et Fidel Castro, Kleist a vraisemblablement choisi un sujet au physique atypique…

  • cover

    Calfboy de Rémi Farnos

    Chris et son frère Burt ont réussi un braquage de train, un projet qu’ils ont mis des mois à préparer. Les deux desperados auraient bien de quoi se réjouir si ce n’était que Chris a égaré le butin lors d’une soirée bien arrosée. En effet, ce dernier a décidé, sur un coup de tête sûrement, de l’enterrer… Or, il ne se rappelle plus du tout à quel endroit! Qu’à cela ne tienne : son frère lui donne trois jours pour retrouver le matos. Les péripéties de Chris à travers un Far West digne des images panoramiques de John Ford (j’y reviens un peu plus loin) ne font pourtant que commencer : il fera la rencontre d’un jeune garçon qui décide de l’engager pour se débarrasser d’un hors-la-loi du nom de Sam Montonay. Voleurs de chevaux, indiens et fusillades font partie des clichés du western que Rémi Farnos va explorer avec humour au cours de cette aventure.

  • « Les Aventures de Bob Leclerc » de Grégoire Bouchard

    Quand le Québec est parti en guerre contre Mars… en 1959!   Lire Les Aventures de… Read more

  • «3 fois dès l’aube» de Lapière/Samama

    Denis Lapière et Aude Samama n’en sont pas à leur première collaboration. Après avoir rendu hommage au roman de Jack London (Martin Eden, Futuropolis, 2016), le scénariste et l’illustratrice choisissent d’adapter Trois fois dès l’aube, un roman d’Alessandro Baricco paru chez Gallimard en 2015i. L’album qui en résulte se dévore, peut-être encore davantage que le roman lui-même – qu’il n’est, soit dit en passant, pas nécessaire d’avoir lu pour apprécier à sa juste valeur l’histoire qui est mise ici magnifiquement en images.

  • une-cantine

    « La Cantine de minuit » de Yaro Abe

    Le scénario est bien simple. Dans un petit restaurant de Tokyo, le patron ouvre sa cantine de minuit à sept heures du matin. Au menu, le propriétaire, dont on ignore presque tout, n’a que quatre items : une soupe miso au porc, de la bière, du saké et du shôshû. Par contre, si le restaurateur possède les bons ingrédients, il va préparer tout ce que les clients désirent. Lorsque l’on pense à la cuisine et au manga, le premier réflexe de plusieurs est de penser à Jiro Taniguchi et à son manga Le gourmand solitaire. Tout comme dans ce classique, nous apprenons à connaître le Japon culinaire.

  • «Duel au soleil» de Manuel Marsol

    Paru au Québec en avril, le titre Duel au soleil, de l’auteur et illustrateur espagnol Manuel Marsol, s’inscrit au catalogue jeunesse. Il suffit de se plonger dans les premières pages pour se laisser gagner. D’ailleurs, il est immédiatement devenu pour moi un coup de cœur. Il s’agit d’un véritable western. Tout y est : cowboy, indien, désert, chemin de fer, cheval, bison, serpent… C’est un livre où l’illustration se suffit pratiquement à elle-même, car il n’y a que très peu de texte. Plusieurs double-pages en sont tout simplement dénuées. Les quelques lignes qui parsèment le livre sont des dialogues entre les deux protagonistes, qui viennent rompre de façon humoristique la tension installée depuis le début.

  • Streamliner, de ‘Fane

    ‘Fane est un scénariste accompli. Il utilise les archétypes (qu’il mettra un malin plaisir, au cours du récit, à mettre sens dessus dessous) pour mettre en scène des personnages dont quelques mots lancés ici et là suffiront à établir l’historique et la personnalité. Sa galerie de personnages, dans laquelle les femmes ont une place de choix, ferait l’envie d’un Quenton Tarantino (de toutes évidences, les films du célèbre cinéaste sont ici une source d’inspiration). Son style graphique est aussi sublime que parfait pour ce type de récit : on sent le style nerveux dans chacune des pages, à mi-chemin entre le dessin à main levé et l’œuvre à laquelle on porte une grande attention aux détails. Les voitures rutilent et fleurent bon l’essence et l’huile!

  • Soft City, Pushwagner

    Il suffit de jeter un œil à l’œuvre de Pushwagner, le peintre (site officiel : www.pushwagner.no), pour comprendre que la seule et unique bande dessinée qu’il ait réalisée dans sa carrière, Soft City, sera une singulière expérience. Les quelques tableaux et illustrations qu’on y retrouve sont de glaciales représentations d’une violente déshumanisation causée par la bureaucratie et ses avatars (blocs d’appartements, armée, etc.). Soft City s’inscrit dans la même lignée thématique.

  • cover

    Inudoh Chie en Égypte ancienne

    Vous l’aurez sans doute déjà deviné, de par sa couverture et son titre, le manga Reine d’Égypte est une histoire qui se situe à l’époque de l’Égypte ancienne. On y parle d’une souveraine légendaire : Hatchepsout. De son enfance à son ascension au trône, cette femme avait conscience des inégalités entre les hommes et les femmes de son époque. Elle tentera alors de provoquer une révolution pour satisfaire son goût de liberté et de justice. Hatchepsout est l’une des premières grandes féministes connues de l’histoire de l’humanité.

1 2 3