Bienvenue sur Libre de lire, le blogue animé par les libraires de la Librairie La Liberté. Vous y trouverez conseils, suggestions de lecture, chroniques de livres et actualité littéraire. Bonne lecture!

Essais

  • « Petit éloge de l’anarchisme » de James C. Scott

    En tant qu’anthropologue, James C. Scott s’est particulièrement intéressé à l’étude des sociétés agraires et qui n’ont pas de modèles étatiques. Les éditions La Découverte publient d’ailleurs son nouvel opus, Homo Domesticus : une histoire profonde des premiers États, un ouvrage qui semble collé sur ses sujets de prédilection. Pour sa part, Lux en profite pour rééditer son petit livre Petit éloge de l’anarchisme, un essai sociopolitique qui demeure particulièrement rafraîchissant à lire.

  • Cours familier de philosophie politique de Pierre Manent

    Devant le flux d’informations auquel est soumis le sociétaire contemporain et face à une information atomisée et centrée sur l’actualité, l’essai panoramique proposé par le philosophe Pierre Manent permet de faire ressortir le vrai et l’important dans les connaissances préalables que les lecteurs ont acquis sur la politique. L’auteur y parvient en construisant un ensemble objectif de liens qui fonde le monde social. Manent se saisit de la notion de politique pour élaborer un vaste système conceptuel aux multiples ramifications, possédant ses articulations, son ordonnancement, ses paradoxes structurels, ses valeurs idoines, ses origines philosophiques et historiques, etc. Pour ne pas rester dans l’abstrait, Manent approche la vie politique sous des angles multiples. À travers son travail d’analyse, il cherche à matérialiser les structures qui organisent le corps politique et à offrir un éclairage précieux sur ses modes de fonctionnement spécifiques. L’auteur pose avec acuité la question de l’État moderne. C’est le centre autour duquel se meuvent toutes ses réflexions.

  • Nos idées-cadeaux pour le temps des Fêtes

    Il est parfois difficile de trouver ses repères parmi l’infinité de nouveautés que nous proposent… Read more

  • Le syndrome de l’autruche de George Marshall

    Bien que la science soit sans équivoque sur le fait que « les émissions de gaz à effet de serre, attribuables pour l’essentiel à l’utilisation des combustibles fossiles et à la déforestation, ont considérablement réchauffé la température moyenne mondiale et continuent de le faire », il semblerait qu’une certaine proportion de sociétaires rejette au néant la validité des études scientifiques prouvant l’existence des changements climatiques. Dans Le syndrome de l’autruche, George Marshall tente d’évaluer le coût psychique d’une telle résistance aux discours écologiques en expliquant les fondements cognitifs du climato-scepticisme. L’essayiste vise à déterminer les failles psychologiques et les mécanismes universels cérébraux de défense qui légitiment le déni de la crise actuelle du système terrestre. Pour prendre les choses de plus loin, il s’agit pour George Marshall de comprendre comment les changements climatiques constituent un « défi ultime posé à notre capacité de donner un sens à ce qui nous entoure ».

  • une_article

    Détournement d’État de Julia Posca et Guillaume Hébert

    n cette période électorale, on ne peut nier que le livre de Julia Posca et Guillaume Hébert tombe à point nommé : une synthèse des quinze ans de règne libéral s’insère naturellement dans cette phase sensible de la vie démocratique. Puisant dans le large bassin d’études produites par l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS), les auteurs de Détournement d’État réussissent à dégager la logique qui a gouverné le Québec depuis 2003, par delà la fragmentation du traitement médiatique.

  • La note américaine de David Grann

    La note américaine raconte un pan oublié de l’histoire des États-Unis, une chronique sanglante où la plus puissante des cupidités réveille chez les hommes des envies de meurtre. Grann nous transporte au tournant du XXe siècle, alors que le peuple amérindien Osage, par deux fois délocalisé par le gouvernement américain, se voit octroyer une terre qui semblait d’abord sans attrait, mais qui s’avère un des plus gros gisements de pétrole du pays. En quelques années, les Osages deviennent millionnaires, ce qui – évidemment – ne fait pas l’affaire de tous.

  • « La culture du narcissisme » de Christopher Lasch

    Dans le palais des miroirs Dans La culture du narcissisme, Christopher Lasch réinterprète l’une des… Read more

  • 50-ans-mai-68

    Commémorer Mai 68?

    « [D]ans le miroir de l’Histoire, les individus n’ont pas d’autres recours que de s’observer, puis de se souveniri. » Sans désamorcer cette idée, l’anthologie présentée par Sophie Doudet nous rappelle que Mai 68 est avant tout une affaire de parole, une volonté de témoigner. En fait, Commémorer Mai 68? nous offre un aperçu du climat affectif de l’époque et trace un schéma d’expériences individuelles mobilisant des idées et des images, lesquelles sont légitimées, invalidées, justifiées, accusées ou fusionnées dans le creuset de la mémoire collective.

  • photo_GIDE

    « De l’influence en littérature » par André Gide

    Composée au sortir du 19e siècle, De l’influence en littérature, constitue une esquisse tracée à gros traits sur la dynamique des influences, une idée-force qui a été creusée dans le Journal de Gide et qui apparaît en toile de fond de sa théorie du sujet : tandis que le moi se défait du jour passé et se réinvente tous les jours, les influences décentralisent le sujet et lui permettent d’accéder à une connaissance de soi. Prenant les airs d’une causerie, selon les mots de l’auteur des Faux-monnayeurs, De l’influence en littérature étend son champ d’analyse à l’ensemble des influences naturelles, humaines et littéraires.

  • couverture

    «La perte et l’héritage» de Raphaël Arteau McNeil

    Pourtant, l’éducation est le propre de l’homme. En refusant la transmission des grandes œuvres, c’est notre humanité que l’on met à mal. Pour conserver les apparences, nous avons fait place au règne de la spécialisation, au risque de former des êtres bornés. La plupart du temps, c’est bien ce qui arrive : selon Arteau McNeil, la spécialisation ne remplit que très partiellement l’office de l’éducation véritable. Si l’éducation « est l’activité qui consiste à réfléchir sur son expérience » (p. 40), c’est à la transmission d’une culture générale que les professeurs doivent attacher leur attention. L’expérience, forcément multiple et complexe, peut être appréhendée par l’intelligence des grandes œuvres. Elles ne sont pas grandes par intention élitiste ou volonté d’oppression, mais bien grandes parce qu’elles ont su exprimer « le meilleur de ce qui a été pensé et connu » (p. 55). De Xénophon à John Erskin, l’essayiste dresse la genèse et la raison d’être de l’éducation par les œuvres marquantes, qui jusque dans les années 60, était considérée comme progressiste. Personne n’ignore plus aujourd’hui l’irritant procès en conservatisme auquel elle est soumise…

1 2 3