Bienvenue sur Libre de lire, le blogue animé par les libraires de la Librairie La Liberté. Vous y trouverez conseils, suggestions de lecture, chroniques de livres et actualité littéraire. Bonne lecture!

Wonder Woman : une mythologie du XXe siècle

9782365778510
Wonder Woman anthologie : les mille et un visages de la princesse amazone | Urban Comics

Wonder Woman : une mythologie du XXe siècle

Personnage phare de la mythologie super-héroïque, Wonder Woman est une création remarquable à maints égards. Née en 1941 de l’imagination du psychologue américain William Moulton Marston, un féministe convaincu, elle est la toute première superhéroïne de l’histoire de la bande dessinée. À une époque où le 9e art a très mauvaise presse et est accusé, en tant que genre, de corrompre la jeunesse, Marston se porte à la défense de celui-ci. Et lorsqu’il crée le personnage de Wonder Woman, il puise une bonne part de son inspiration dans la mythologie grecque.

Car les origines du personnage sont véritablement mythiques : née Diana, elle est la fille d’Hippolyte, reine des Amazones. La première version du personnage, en 1941, la fera naître d’une statue d’argile sculptée par la reine; une version plus tardive, issue des années 1980, fera d’elle la fille du viol d’Hippolyte par Hercule. Peu importe son incarnation, elle s’exile volontairement de son île natale, Themiscara, pour porter secours aux mortels sous le nom et l’uniforme de Wonder Woman. La maison d’édition Urban Comics a réalisé une anthologie qui retrace l’évolution du personnage (qui a tout de même bientôt 80 ans!).

Ce volumineux album contient 18 aventures de la princesse amazone, du tout premier récit complet publié à l’été 1942 jusqu’à un court épisode paru en 2015. Les récits ont été sélectionnés afin de représenter les diverses incarnations marquantes du personnage, de ses combats titanesques avec ses némésis traditionnelles aux combats cosmiques de la Ligue de Justice en passant par ses aventures plus mythologiques à la fin des années 1980. Ce qui rend cet ouvrage encore plus palpitant, c’est qu’il dresse en même temps un panorama de l’histoire des comics américains, les fameux âges de la bande dessinée super-héroïque : l’âge d’or (des années 1940 jusqu’aux années 1960), l’âge d’argent (fin des années 1960 et les années 1970), l’âge de bronze (années 1980) et l’âge des ténèbres (années 1990 : mentionnons que le nom donné à cette période n’a rien à voir avec une quelconque allusion à l’effervescence artistique, mais réfère davantage aux thématiques explorées).

Les premiers récits de l’âge d’or sont davantage axés sur le combat manichéen entre les forces de l’ordre et les forces du mal. Les personnages sont très archétypaux. Les artistes de l’âge d’argent chercheront à donner de la profondeur à leurs récits et fouilleront dans les causes sociales pour trouver l’inspiration. Dans l’anthologie dressée ici, Wonder Woman ira jusqu’à perdre ses pouvoirs et combattra le crime dans la rue. Drogue, prostitution, identité héroïque : voilà les nouveaux thèmes qui sont à l’ordre du jour. Comme tous ses collègues, Wonder Woman ne cessera d’être réinventée par la suite. La série « Dieux et mortels » la replace au sein du panthéon mythologique, alors que les années 1990 la transforment en héroïne qui remet constamment son rôle et son influence en question (nous la verrons même en tant qu’ambassadrice de Themiscara auprès des Nations Unies, signe que la politique du monde réel s’insère dans la trame du récit). Chaque récit est précédé d’une introduction contextualisant la place où il s’insère dans le canon du personnage ainsi que les artistes qui y ont travaillé. Signalons au passage que l’une des aventures incluses dans ce recueil a été illustrée par Yannick Paquette, bédéiste québécois extrêmement talentueux qui travaille pour DC Comics.

Recueil foisonnant, bourré d’action et d’aventure, cette anthologie de Wonder Woman est l’occasion de découvrir ou redécouvrir les raisons pour lesquelles la princesse amazone est désormais un classique du genre. En partie nostalgique, en partie plaisir coupable, la lecture de cet ouvrage n’est jamais ennuyante!

Jérôme Vermette

Categories:

Bandes dessinées, Les chroniques de Jérome, Suggestions de lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *