Bienvenue sur Libre de lire, le blogue animé par les libraires de la Librairie La Liberté. Vous y trouverez conseils, suggestions de lecture, chroniques de livres et actualité littéraire. Bonne lecture!

Les chroniques d’Alexandre

  • Freud wars : tuer le Père

    Dans Freud warsiv, Samuel Lézé transpose ces résistances psychiques du côté de l’arrière-plan culturel où s’est effectuée une véritable levée de boucliers face au freudisme. De 1912 à 2012, des polémiques entourant la personnalité de Freud et la psychanalyse ont éclaté dans l’espace public. Que ce soit dans la presse américaine dans les années 1990 ou plus tard en France avec la publication du Crépuscule d’une idole de Michel Onfray, une critique freudienne s’est constituée et Lézé a décidé d’en présenter une analyse culturelle. En mettant en lumière le cycle polémique qui structure la « fortune critique » de Freud, Lézé fait émerger la figure de l’anti-freudien, à laquelle il impose un « démasquage » : l’anti-freudien « peut être un freudien défroqué ou repenti (comme Frederick C. Crews), un sceptique invétéré (comme Gérard Pommier) ou un positiviste (comme H. Eysenck) invoquant le bon sens, la modernité et la raison, ou encore un psychanalyste qui tente de séparer le bon grain de l’ivraie dans la fondation freudienne de la psychanalyse (comme Maria Torök)v. »

  • lovecraft

    Lovecraft : défense et illustration du genre fantastique

    Lovecraft entretient un rapport spécifique avec l’œuvre littéraire. Les questions focales innervant l’essai nous font voir que Lovecraft se préoccupe de la subjectivité du lecteur. Le texte est vu comme un produit de son interaction avec le lecteur : « Une grande œuvre du genre ne doit être jugée que par l’émotion produite, son intensité. Peu importe la façon et la manière dont cette émotion est amenée. Il n’existe qu’un seul critère permettant de détecter le vrai conte d’horreur fantastique : le lecteur a-t-il oui ou non été excité, effrayé, bref bouleversé réellement et dans le vrai sens du terme? » Une œuvre comme celle de Melmoth de Robert Mathurin, rattachée à la période tardive du roman gothique, possède, par exemple, le pouvoir de susciter la panique chez le lecteur. De plus, notons que Lovecraft semble reconnaître la fécondité potentielle de l’approche freudienne en matière de lecture. L’importance qu’accorde l’auteur de Providence aux affects du texte (la fascination du texte en tant qu’il touche le lecteur) semble le rapprocher de Freud qui n’a jamais dédaigné nommer l’effet produit en lui par un livre.

  • couverture

    Réflexions sur le temps présent

    Jacques Rancière aborde la démocratie sous l’angle de la représentation. Depuis les dernières décennies, le système représentatif n’a cessé de se renforcer et s’est gardé d’exprimer les vœux latents de la masse. C’est que le corps électoral ne représente pas le peuple, il s’est autonomisé sous l’enseigne des représentants légitimes, la « caste des professionnels du pouvoiri ». D’ailleurs, comme le précise le philosophe en analysant le mouvement des occupations et des places, la communauté est devenue avant tout un objet de désir.

  • propaganda

    Fabriquer le consentement selon Bernays

    Si la manipulation mentale de masse est vue comme permanente, omniprésente (touchant tous les domaines relevant du social : la politique, la finance, l’agriculture, l’enseignement, etc.) et universelle, Bernays soutient qu’elle doit être prise en charge par les conseillers en relations publiques, lesquels veilleront à se servir des différents moyens de communication mis à leurs dispositions pour faire naître une idée dans la conscience des masses. L’auteur expose la nécessité de prendre en compte les manières d’agir, les doctrines et les opinions assurant un soutien populaire. S’appuyant sur la psychanalyse freudienne, l’auteur soutient que le propagandiste compétent comprend les mobiles cachés expliquant le comportement des individus et qu’il sait solliciter différents ressorts psychologiques comme le goût esthétique, le snobisme et la sollicitude maternelle.

  • Décoloniser l’imaginaire

    Gagner sa vie génère nécessairement des frustrations destructrices. Selon Rodolphe Christin, le sort du travailleur est semblable à celui d’un traumatisé social : précarité, pression économique, chantage à l’emploi, idéologie managériale dégradante, etc. Pour le sociologue, « le travail ne tient plus le rôle de grand intégrateur qui lui était dévolu auparavant. Il ne structure plus la vie collective, mais, par ses faiblesses, il contribue à sa déstructuration progressiveiv. » Aux difficultés qui se présentent tout naturellement aux travailleurs s’ajoutent celles auxquelles fait face le théoricien voulant imaginer un au-delà du capitalisme.

  • Jacques Poulin et les amours imaginaires

    Le roman de Jacques Poulin fait entrer le lecteur dans le royaume du fantasme. Jim incarne « […] l’écrivain [qui] organise tout son être-au-monde par une re-création fantasmatique de la réalitéii ». Le lecteur se trouve confronté à une fiction fantasmatique, laquelle se dessine à la fois à travers un espace de la mise en scène de la création littéraire et un espace extralittéraire. Le premier occupe le devant de la scène, l’écriture constituant le principal outil par lequel l’image de Marika est mobilisée. En fait, le désir d’écrire de Jim n’entre pas en concurrence avec la quête de voir Marika, les deux s’effectuant en concomitance.

  • Georges Perec et le travail de Sisyphe

    L’annonce du parcours narratif laisse présager la plus grande banalité : « Ayant mûrement réfléchi ayant pris votre courage à deux mains vous décidez à aller trouver votre chef de service pour lui demander une augmentationiii. » C’est à ce moment que s’actionne l’engin infernal à « prévoir le déroulement favorable des opérations [qui] implique la complicité bénéfique mais hautement improbable de tout un ensemble d’élémentsiv », déterminer l’heure idéale pour tirer le maximum des fonctions administrativo-hiérarchico-professionnelles du chef de service, analyser les réactions du dirigeant face aux demandes d’augmentation du protagoniste, envisager les éventualités les plus « vraisemblables », choisir des stratégies pour atteindre l’objectif visé, etc. Perec dépose du sable dans l’engrenage narratif de sorte que l’entreprise du protagoniste devient vaine et inutile : l’action s’enchaîne par séquences répétitives et n’aboutit à aucun résultat concluant.

  • H.G. Wells : Marx et la science-fiction

    9782070420773 La machine à explorer le temps | Gallimard SF H.G. Wells : Marx et la… Read more

  • Michel Houellebecq et La poursuite du bonheur

    9782290108772 La poursuite du bonheur | J’ai Lu Michel Houellebecq et La poursuite du bonheur… Read more

  • Balzac : le journalisme comme science des moyens

    9782253085706 Illusions perdues | Le livre de poche Balzac : le journalisme comme science des… Read more

1 2 3